Critique et analyse cinématographique

Sorties Cinéma – 17/02/2016

Deux beaux films sur les rapports humains illuminent cette semaine, tandis que les frères Coen radotent et que De Niro se ridiculise.

unjouravec4_copier_

 

Un jour avec, un jour sans de Hong Sangsoo

Un-Jour-Avec1-2048x1365

Pour quiconque est familier avec le cinéma de Hong Sangsoo, le plaisir de découvrir l’un de ses films se situe dans la continuité des œuvres précédentes, dans le rapport intime avec chacune d’elles et dans le dialogue entre elles. Il est difficile de distinguer les films du cinéaste les uns des autres, de les hiérarchiser, tant cela relève de la subjectivité et de la relation que chacun peut avoir avec un film. En cela, Un jour avec, un jour sans n’est pas meilleur ou plus abouti que n’importe quel autre film de Hong Sang-soo, il est simplement celui qui nous arrive maintenant et avec lequel se tisse une relation au présent.

Lire la critique complète

Également sur Le Suricate Magazine

Note : 9/10

 

Ce sentiment de l’été de Mikhaël Hers

sentimentetephoto1-1444999370

Mikhaël Hers films avec une infinie délicatesse le deuil des proches sur trois étés consécutifs, suite au décès soudain d’une jeune femme. Le réalisateur montre ses personnages en mouvements et en interaction pour mieux mettre en lumière la lente progression des affects. Mais c’est dans les non-dits, dans les regards, que se joue l’essentiel de ce « sentiment ».

Note : 7,5/10

 

Ave César ! de Joel et Ethan Coen

67d96d458abdef21792e6d8e590244e7-1454510415

Trois ans après Inside Llewyn Davis, les frères Coen reviennent à une veine plus farcesque de leur cinéma, en livrant une sorte de film à sketches amélioré, qui explore avec un humour pas toujours très inspiré les méandres du système hollywoodien des années 50 et les intrications géopolitiques auxquelles il doit faire face, en pleine poussée de paranoïa anti-communiste.

Lire la critique complète

Également sur Le Suricate Magazine

Note : 4/10

 

Dirty Grandpa de Dan Mazer

3d1180a0d74b5617_UDEP_D28_07565_R.xxxlarge_2x

Résolument « trash » et politiquement incorrect, ce Dirty Grandpa laisse pantois du début à la fin. On est à la fois ébahi de voir De Niro foncer tête baissée dans les gags les plus vulgaires et les plus graphiques, d’être peut-être témoin du suicide cinématographique de Zac Ephron qui passe la moitié du film en string à se faire humilier de toutes les manières possibles et imaginables, et d’entendre les vannes les plus racistes et homophobes qui soient – quand même tempérées par un virage plus « raisonnable » du scénario, par la suite. Est-ce une avancée ou un recul d’en arriver à un tel point de nihilisme et de cruauté dans l’humour gras et méchant ? Le film pose vraiment question….

Note : 4/10

 

Parasol de Valéry Rosier

30959_43_Parasol

(…) L’ironie, au cinéma, peut être un défaut comme une qualité, selon le fait qu’elle soit constitutive du fond ou de la forme, et surtout en fonction du sujet auquel elle s’applique. Quand elle porte sur des personnages présentés d’emblée comme des marginaux et qu’elle ne sert qu’à se moquer d’eux où à les juger, elle en devient tout bonnement nauséabonde.

Lire la critique complète

Note : 2/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s