Critique et analyse cinématographique

BIFFF 2016 – « Into the Forest » de Patricia Rozema

Tout comme The Survivalist – également présenté au BIFFF et critiqué iciInto the Forest est un survival post-apocalyptique à caractère intimiste. Le film de Patricia Rozema se focalise sur deux sœurs tentant de subsister – et de combattre l’ennui – dans une grande maison perdue à la lisière des bois, alors que le monde s’écroule peu à peu depuis le début d’une panne globale d’électricité.

intotheforest_011

Là ou le film de Stephen Fingleton capitalise sur un aspect feuilletonnesque et des rebondissements amenés parcimonieusement, celui de Patricia Rozema fait peut-être plus confiance à ses personnages et à ses interprètes et propose réellement un drame intimiste, dont on a l’impression qu’il pourrait se jouer dans un contexte totalement différent. Après une première partie en guise d’installation narrative, et hormis deux « visites » de personnages secondaires masculins, c’est bel et bien un tête-à-tête féminin que propose Into the Forest. Ce film de femmes porté par deux actrices en grande forme (Ellen Page et Evan Rachel Wood) oscille entre un huis-clos forcé et une ouverture progressive à la nature, qui s’impose petit à petit comme le but vers lequel tend le film.

S’il y a encore un rapprochement à faire entre Into the Forest et The Survivalist, c’est l’étrange relation qu’entretiennent les deux films avec le thème de la procréation. Dans l’un comme dans l’autre, une naissance a priori non désirée s’impose peu à peu comme une évidence et comme un espoir nouveau. C’est une des grandes limites des deux films, mais particulièrement de celui-ci : cette concession faite à une idéologie chrétienne – voire christique – et la tentation d’un message « pro-life » qui arrive sans crier gare. On peut choisir d’interpréter cette piste narrative comme un espoir quand à l’avenir de l’espèce humaine, ou comme un méchant rappel à l’ordre d’une morale paternaliste archaïque. Nous ne sommes pas encore tout à fait fixés sur cette question….

Thibaut Grégoire

 

Le BIFFF se tient du 29 mars au 10 avril au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

Plus d’infos sur le site du BIFFF

Une Réponse

  1. Pingback: BIFFF 2016 – Jours 7 et 8 | CAMERA OBSCURA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s