Critique et analyse cinématographique

Top 7 Rocky

À l’occasion de la sortie de Creed, suite et « reboot » de la saga Rocky, un petit retour sur la franchise s’imposait, avec un top 7 de films très inégaux, où le pire côtoie le meilleur.

rocky-balboa-sylvester-stallone

 

1. Rocky de John G. Avildsen (1976)

618_movies_rocky_10

Le premier Rocky est incontestablement le meilleur et doit presque être vu indépendamment de la série qui le suit. Si la saga a pris l’aspect d’une épopée sportive morale, avec sa propre mythologie et ses spécificités, le Rocky original est un film humain et social, qui aborde la question du rêve américain avec un recul et une dimension critique totalement absente des films suivants. Le combat de boxe en forme d’apothéose et le final constituent l’un des morceaux de bravoure les plus marquants et émouvants du cinéma américain des années 70.

 

2. Rocky Balboa de Sylvester Stallone (2006)

174c88f2ab3c53595e36f4617b236743_large

Dans cet épisode crépusculaire, originellement prévu pour être le dernier de la série, Stallone porte un regard attendri sur le personnage et amène une touche mélancolique bienvenue. Dommage que le film soit alourdi par quelques monologues moralisateurs et pétris de philosophie de bazar.

 

3. Creed de Ryan Coogler (2015)

creed-3

L’hommage de Ryan Coogler à une saga qui l’a apparemment forgé dans sa cinéphilie semble sincère, et la thématique de la transmission et de la recherche d’un père symbolique fait la spécificité de cette suite/reboot dans laquelle Sylvester Stallone est à la fois érigé en sorte de grand sage et malmené comme jamais – le vieillissement et la déchéance physique du personnage sont ici poussés à l’extrême. Il n’en demeure pas moins que l’on se pose la question de la nécessité d’une telle entreprise, qui se résume finalement à faire du neuf avec du vieux.

 

4. Rocky V de John G. Avildsen (1990)

131007120340536662

Souvent cité comme étant le pire épisode de la série, Rocky V est pourtant l’un des plus tendres, celui qui commence le troisième cycle de la série, sur la retraite du champion et le retour à une vie normale. S’il n’échappe pas au ridicule, notamment dans des scènes familiales cédant à la facilité, le second Rocky réalisé par Avildsen n’est pas non plus le nanar qu’il a la réputation d’être.

 

5. Rocky II de Sylvester Stallone (1979)

rocky-2

Dans la vision chronologique des épisodes, Rocky II prend des allures de douche froide tant la baisse de qualité entre le premier et le second volet est manifeste. Sylvester Stallone fait de son personnage un débile léger – ce qu’il n’était absolument pas dans l’original – et rejoue la partition du « un » en lui apportant un « happy end » plus manifeste. Une grosse déception !

 

6. Rocky IV de Sylvester Stallone (1985)

rocky-cover

Recréant la guerre froide sur le ring, Stallone ne recule devant rien dans cet épisode patriotique et revanchard. On en est d’autant plus estomaqué à la fin lorsqu’il y va de son petit monologue pacifiste après un combat dantesque où les USA triomphants auront remis à sa place l’ambitieuse URSS.

 

7. Rocky III de Sylvester Stallone (1982)

rocky-3-das-auge-des-tigers2-1226723

Indéniablement l’épisode le plus faible, et pourtant l’un des plus emblématique de la série, porté par le tube Eye of the Tiger et réservant à Rocky un adversaire « digne de ce nom », le très mauvais Mr T. Rocky III marque le tournant de la série dans le film d’action décérébré – ligne continuée par Rocky IV – au scénario basique et au montage très marqué « années 80 ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s