Critique et analyse cinématographique

FIFF 2015 – « Paul à Québec » de François Bouvier

Adapté d’un roman graphique du cru, Paul à Québec adopte le point de vue d’un dessinateur sympathique et lunaire pour décrire les derniers instants de son beau-père, atteint d’un cancer du pancréas, et les effets sur la famille entière.

cd23117b-528c-4098-817e-7134933ee026_JDX-NO-RATIO_WEB

Inutile de dire que l’on est ici en territoire largement connu. Si les premières minutes du film – avant la grande révélation de la maladie du patriarche – laisse penser que l’on est dans une petite chronique pittoresque et bucolique d’une famille nombreuse réunie à la campagne, la prise à bras le corps d’un sujet empreint de pathos le fait irrémédiablement virer vers une resucée à peine modifiée des larmoyantes et lénifiantes Invasions Barbares. Peut-être que le cinéma québécois était en manque d’un gros succès sentimentaliste, carburant à plein régime au chantage émotionnel. Si Paul au Québec est plus modeste et donc moins antipathique que le faux chef-d’œuvre de Denys Arcand, il n’en demeure pas moins l’archétype d’un cinéma passéiste et dépassé, reposant sur de grosses ficelles et capitalisant sur la manipulation émotionnelle du spectateur.

Thibaut Grégoire

 

Le FIFF se tient à Namur du 2 au 9 octobre 2015

Plus d’infos sur le site du FIFF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s