Critique et analyse cinématographique

Brussels Film Festival 2015 – « The Lesson » de Kristina Grozeva et Petar Valchanov

Dans la compétition de ce Brussels Film Festival, un film de plus vient s’ajouter à la déferlante d’humiliations en tout genre et de misanthropie qui baigne cette édition. Dans la série, The Lesson est l’apport bulgare à cette frange du cinéma d’auteur international, uniquement faite pour écumer les festivals et lessiver ses personnages et ses spectateurs. La coupe est pleine !

deec83d0086ecdcf7be88d22c6cbfa0e

Le premier long métrage de Grozeva et Valchanov suit Nadezhda, professeur d’anglais dans une école secondaire, qui est confrontée parallèlement à des petits vols à répétition perpétrés dans sa classe, ainsi qu’à une situation financière de plus en plus catastrophique, dues aux dettes accumulées par son mari.

Si l’on peut d’abord penser que le film va apporter une réflexion pertinente en mettant en vis-à-vis les deux situations auxquelles son héroïne doit faire face – l’une de front, l’autre indirectement –, il apparaît assez vite qu’il n’en est rien puisque la seule chose qui intéresse les deux « auteurs » démiurges de ce torture-porn mental est de faire subir à leur personnage un maximum d’humiliations et de lui maintenir la tête sous l’eau le plus longtemps possible.

Après avoir bien rabaissé de toutes les manières possibles et imaginables la pauvre Nadezhda, et cela au nom d’une chronique de l’époque se voulant sans concessions, le film ne la laisse se relever qu’au prix d’une ultime entrave faite à ses idéaux et à sa dignité. Jouant sur toutes les cordes sensibles, créant du suspense à partir de situations intenables humainement – Nadezhda va-t-elle perdre sa maison ?, va-telle devoir vendre son corps pour éponger ses dettes ?,etc. –, The Lesson est tout simplement un film honteux, éthiquement indéfendable, et malheureusement emblématique de ce qu’est le cinéma d’auteur dans l’esprit de trop de gens : une véritable épreuve.

Thibaut Grégoire

 

Le Brussels Film Festival se tient du 5 au 12 juin, à Flagey

Plus d’infos sur le site du festival

Une Réponse

  1. Pingback: Brussels Film Festival 2015 – Retour sur la compétition (Misanthropie et humiliations) | CAMERA OBSCURA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s