Critique et analyse cinématographique

Sorties Cinéma – 29/04/2015

Pas grand chose à se mettre sous la dent cette semaine : un drame américain sur fond de guerre et de politique, un film historique allemand sur le procès d’Auschwitz ou un polar social français extrêmement sombre…. Beaucoup de bonnes intentions pour peu de résultat ! Et aussi quelques authentiques navets dans lesquels rien n’est bon, pas même les intentions.

Le-Labyrinthe-du-silence-plongee-dans-une-Allemagne-qui-ignore-Auschwitz_article_popin

 

Good Kill d’Andrew Niccol

good-kill-d-andrew-niccol-11385311oayff

Quelque part dans le Nevada, des soldats américains pilotent des drones à distance et bombardent des cibles terroristes en Irak et en Afghanistan. Good Kill a tout du film à thèse, sur la guerre à distance et le stress post-traumatique des soldats, mais ce qu’il en ressort est rempli de clichés et de stéréotypes. Même l’excellent Ethan Hawke semble engoncé dans son numéro d’antihéros américain torturé.

Note : 4/10

 

Le Labyrinthe du silence de Giulio Ricciarelli

Im Labyrinth

Dans la lignée d’œuvres comme Les Faussaires ou La Vie des Autres, Le Labyrinthe du silence fait partie de ces films allemands qui se penchent sur une période bien précise de l’histoire nationale. Dans le cas présent, il s’agit de la traque des criminels de guerre nazis dans les années 50, initiée par le procureur Fritz Bauer et le journaliste Thomas Gnielka.

Lire la critique complète

Également sur Le Suricate Magazine

Note : 4/10

 

Tous les chats sont gris de Savina Dellicour

Tous-les-Chats-sont-Gris-2014-Savina-Dellicour-3-photo-420

Une jeune adolescente engage un détective pour retrouver son père biologique, sans savoir que celui-ci pourrait très bien être le détective en personne. Savina Dellicour a fait ses classes en Angleterre, où on lui a – selon ses dires – appris à s’effacer derrière son sujet et ses acteurs (!!!). On s’en rend effectivement compte à la vision de son film, sans aucune personnalité ni invention cinématographique, et dont le seul intérêt est, à la rigueur, le niveau plutôt bon des prestations d’acteurs.

Note : 4/10

 

Jamais de la vie de Pierre Jolivet

Olivier-Gourmet-1280X640

Le gardien de nuit d’une galerie commerçante lutte avec les réalités du monde du travail et les contraintes économiques, tout en essayant de déjouer un braquage qui se profile sur son lieu de travail. Le ton misérabiliste et opportunément désespéré du film ne donne aucune chance d’éclaircie à son personnage, prisonnier du déterminisme cynique dont se pare le scénario. Le dénouement est particulièrement pervers à cet égard.

Note : 3,5/10

 

Ouija de Stiles White

13.-ouija-stiles-white-2015

Nouveau rejeton de la collaboration entre la marque de jouets Hasbro et le producteur Michael Bay – après la saga des TransformersOuija met en vedette la planche du même nom, permettant supposément de communiquer avec l’au-delà. Le film est donc assez représentatif d’un versant très mercantile du cinéma hollywoodien, ainsi que de la tendance des films d’horreur de studios à se baser sur des concepts marketing plutôt que sur de vraies idées.

Lire la critique complète

Également sur Le Suricate Magazine

Note : 3/10

 

Nos femmes de Richard Berry

nosfemmes

Dans cette affligeante pièce de boulevard, deux hommes voient leur meilleur ami leur demander de lui fournir un alibi, alors qu’il vient de tuer sa femme. On ne sait pas trop ce qui fait le plus de peine à la vision de cet innommable navet : la misogynie crasse qui le baigne, la réalisation d’une laideur inégalable ou le cabotinage éhonté d’acteurs en roue libre, Daniel Auteuil en tête. Une catastrophe totale !

Note : 1/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s