Critique et analyse cinématographique

Brussels Short Film Festival 2015 – « Taprobana » de Gabriel Abrantes

Dans le programme consacré aux courts métrages des European Film Awards, récompensés dans divers grand festivals de cinéma, on retrouve un film de Gabriel Abrantes, réalisateur trentenaire d’origine portugaise et américaine, et déjà auteur d’une bonne douzaine de courts métrages réalisés à travers le monde.

18753

Taprobana avait été présenté au Festival de Berlin en 2014 – où il avait remporté le Prix UIP du meilleur court européen – et est sorti en France dans une anthologie de trois courts métrages d’Abrantes, recueillis sous le titre de Pan pleure pas. Le film décrit les délires sous opium du poète Camões dans la jungle indienne, alors qu’il est poursuivi par les autorités portugaises. Abrantes tend à s’approcher de la beauté pure des poèmes de Camões, en en respectant la folie et en essayant de retranscrire celle-ci à l’image. Cela se traduit par des séquences entre onirisme, psychédélisme et… scatologie. On se trouve ici devant un véritable univers d’auteur, très affirmé et qui semble avoir trouvé dans le court métrage un terrain idéal d’expression. Dans un festival comme celui-ci, qui présente à la fois des films professionnels, des très courts et des films d’étudiants, Taprobana semble voler bien au-dessus de la mêlée.

Thibaut Grégoire

 

Le BSFF se tient du 23 avril au 3 mai à Bruxelles

Plus d’infos sur le site du festival

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s