Critique et analyse cinématographique

BIFFF 2015 – Jour 10

Alors qu’il ne reste plus que trois jours à passer dans ce BIFFF 2015, c’est un film américain (et hors-compétitions) qui retient notre attention en ce jeudi.

youngones-1

 

Young Ones de Jake Paltrow

youngones-3

Mêlant science-fiction anticipative et saga familliale “westernienne”, le deuxième long métrage de Jake Paltrow (frère de Gwyneth Paltrow) propose quelques visions de cinéma et un certain souffle épique, malgré des défauts et une tendance à céder aux facilités des normes « indé » américaines.

Lire la critique complète

Note : 7/10

 

L’Altra frontera d’André Cruz Shiraiwa

anotherfrontier-1

Des réfugiés de guerre se voient mis en compétition dans une téléréalité afin d’obtenir leur carte de séjour. Si le film se laisse suivre par le système narratif qu’implique son concept de base – niveaux à passer, scène de confessionnal, … – son discours reste néanmoins incroyablement naïf et facile. On n’est en effet pas loin de saillies du style « la guerre, c’est pas bien», « la téléréalité c’est mal », etc. De plus, le fait de créer un suspense sur le sort des réfugiés – même avec une volonté de dénonciation – reste problématique.

Note : 4,5/10

 

The Infinite Man de Hugh Sullivan

THE-INFINITE-MAN-still-2_2MB-600x400

Encore une histoire de boucles temporelles calquée sur un prétexte de comédie romantique – façon Un jour sans fin, About Time, etc. – mais cette fois-ci avec un très petit budget et dans le décor minimaliste d’un hôtel délabré au milieu du désert. Les personnages – et les acteurs – sont ici tous insupportables et rendent le film quasiment irregardable. Il est presque impossible de rater un film sur des voyages dans le temps, mais c’est chose faite avec The Infinite Man.

Note : 3,5/10

 

The Forgotten d’Oliver Frampton

theforgotten-clem

Ce film britannique tente d’inscrire une histoire de hantise dans le cadre d’un cinéma social à la Ken Loach. Cet aspect réaliste est bien calqué sur des modèles préexistants et ne parvient jamais à acquérir un tant soit peu d’ampleur, tandis que le côté fantastique est lui aussi extrêmement convenu. La manière dont tous les personnages du film sont impliqués de près ou de loin dans le mystère qui entoure l’appartement hanté, au centre du film, est par ailleurs tout simplement abracadabrante.

Note : 4/10

 

Le BIFFF se déroule du 7 au 19 avril, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

Plus d’infos sur le site du BIFFF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s