Critique et analyse cinématographique

BIFFF 2015 – Jour 9

L’Asie était grandement représentée au BIFFF ce mercredi, et c’est incontestablement la Chine qui s’est taillé la part du lion avec deux divertissements très efficaces.

taking_tiger_mountain_still

 

The Taking of Tiger Mountain 3D de Tsui Hark

bc106-11_2

Si l’on passe outre la dimension propagandiste du film – vaguement à la gloire de l’Armée populaire de libération (APL) – force est de constater que le cinéma de Tsui Hark est toujours aussi spectaculaire, ludique et virevoltant. On se perd parfois dans les nombreux personnages et sous-intrigues, mais la virtuosité bondissante des scènes d’action de ce film de guerre – finalement très proche du wu xia pian – ainsi que sa 3D tirant merveilleusement parti de la profondeur de champ emportent tout.

Note : 7/10

 

Hollow (Doat hon) de Ham Tran

hollow-2

Une petite fille revient d’entre les morts, des fantômes fâchés veulent à tout prix se venger,…. Ce petit film d’horreur vietnamien exploite vraiment tous les clichés du genre, de manière très lourdingue et explicative.

Note : 3,5/10

 

One on One de Kim Ki-duk

oneonone-5

Le système mis en place par Kim Ki-duk depuis quelques films a fait long feu. Sous couvert de questionner la justice personnelle et expéditive, One on One se permet d’aligner les scènes d’humiliations et de tortures et tombe très vite dans le voyeurisme le plus complaisant. Mais non content d’agresser le spectateur avec ses saillies de violence gratuite, le cinéaste l’assomme également avec des dialogues extrêmement bavards et des élucubrations pseudo-moralisatrices sans queue ni tête.

Note : 2,5/10

 

The Great Hypnotist de Leste Chen

thegreathypnotist-2

Un psychologue réputé reçoit la visite d’une patiente disant être hantée par des fantômes. Il se lance alors dans une longue séance d’hypnose qui risque de se retourner contre lui. Ce film chinois très efficace brouille habilement les pistes – entre huis-clos psychologique, faux film de fantômes et thriller onirique – à tel point que l’on ne sait plus vraiment qui manipule qui, qui hypnotise qui, jusqu’à un final certes très explicatif, mais bien foutu.

Note : 6/10

 

Extraterrestrial de Colin Minihan

extraterrestrial-11

Un groupe de jeunes adultes se retrouvent aux prises avec des aliens vengeurs, le tout dans le fin fond de la campagne américaine. Rien de bien neuf sous le soleil pour ce Cabane au fond des bois meets Rencontres du troisième type, à l’exception d’un final un peu plus qualitatif, mais prévisible.

Note : 4/10

 

Le BIFFF se déroule du 7 au 19 avril, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

Plus d’infos sur le site du BIFFF

Une Réponse

  1. Pingback: BIFFF 2015 – Tops et flops | CAMERA OBSCURA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s