Critique et analyse cinématographique

Tops et flops de 2014

À l’aube de cette nouvelle année 2015, il est grand temps de dresser un tableau de ce que fut 2014 au cinéma, avec les grands films de l’année, les bonnes surprises, les déceptions et les navets.

 

Top 20

1/ Under the Skin de Jonathan Glazer

under-the-skin-scarlett-johansson-movie-2013-jonathan-glazer

2/ Bird People de Pascale Ferran

bird-people-04-06-2014-7-g

3/ P’tit Quinquin de Bruno Dumont

p-tit-quinquin-li-l-quinquin-2014-1-g

4/ Maps to the Stars de David Cronenberg

maps-to-the-stars-maps-to-the-stars-21-05-2014-10-g

5/ Le Vent se lève de Hayao Miyazaki

Hayao-Miyazaki-le-vent-se-lève-1024x520

6/ Boyhood de Richard Linklater

BOYHOOD - 2014 FILM STILL - Ellar Coltrane

7/ Sils Maria d’Olivier Assayas

sils-maria-clouds-of-sils-maria-20-08-2014-7-g

8/ Adieu au langage de Jean-Luc Godard

adieu-au-langage-28-05-2014-3-g

9/ Sunhi de Hong Sang-soo

sunhi-u-ri-sunhi-our-sunhi-09-07-2014-2-g

10/ Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese

le-loup-de-wall-street-the-wolf-of-wall-street-25-12-2013-3-g

11/Edge of Tomorrow de Doug Liman

12/ Mommy de Xavier Dolan

13/ Saint-Laurent de Bertrand Bonnello

14/ White God de Kornel Mndruczó

15/ Métabolisme (ou Quand le soir tombe sur Bucarest) de Corneliu Porumboiu

16/ Noah de Darren Arononofsky

17/ Mange tes morts de Jean-Charles Hue

18/ Tom à la ferme de Xavier Dolan

19/ Le Conte de la princesse Kaguya d’Isao Takahata

20/ The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson

 

Auteurs et promesses

Au delà de cette liste déjà très vaste, on peut encore citer beaucoup de films intéressants et d’auteurs qui ont continué de creuser leur sillon : Quentin Dupieux avec son bête et méchant Wrong Cops, le beau film chinois Black Coal, la Palme d’or maîtrisée Winter Sleep, les Métamorphoses de Christophe Honoré ou encore le dernier film d’Alain Resnais (Aimer, boire et chanter). On a également assisté à la confirmation de Guillaume Brac avec son premier long métrage Tonnerre (après le moyen métrage Un monde sans femmes), de David Michôd avec le fragile The Rover, ainsi qu’à la révélation de Thomas Cailley avec Les Combattants.

 

Blockbusters et divertissements

Dans la catégorie des blockbusters hollywoodiens (outre Edge of Tomorrow et Noah), les bonnes surprises sont à chercher du côté des franchises – et de Marvel -, avec le troisième Hunger Games, le deuxième Amazing Spider-man et le deuxième Captain America. On peut aussi pointer le Maléfique de Disney pour sa révision des valeurs de la marque. Du côté de la comédie, les grands délires américains furent sans conteste 22 Jump Street et Dumb and Dumber To. En comédie française, la seule vraie bonne surprise de l’année reste Situation amoureuse : c’est compliqué de Manu Payet – loin des ignobles Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu? ou Supercondriaque.

 

Surestimations et déceptions

Parmi les auteurs les plus surestimés par la critique, certains ont encore frappé en 2014, à l’instar de Steve McQueen (12 Years a Slave), Alexander Payne (Nebraska), David Fincher (Gone Girl), François Ozon (Une nouvelle amie) ou encore Christopher Nolan (Interstellar). Même des cinéastes généralement aimés ont déçu cette année, comme les frères Dardenne (Deux jours, une nuit), Lucas Belvaux (Pas son genre), Spike Jonze (Her) ou Gregg Araki (White Bird in a Blizzard). Enfin le Festival de Cannes, comme chaque année, a autant été contributeur en matière de boursouflures que de vrais grands films. D’où ces films unanimement soutenus par la critique, mais néanmoins décevants : Le Procès de Viviane Amsalem, Pride, Alléluia, Timbuktu et l’infâme Party Girl.

 

Flop 10

Lucy de Luc Besson

Respire de Mélanie Laurent

Philomena de Stephen Frears

Les Rayures du zèbre de Benoît Mariage

Grace de Monaco d’Olivier Dahan

Party Girl de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis

Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? de Philippe de Chauveron

The Reunion d’Anna Odell

SMS de Gabriel Julien-Laferrière

The Loft d’Erik Van Looy

 

Autres navets notables

Le cinéma français s’est comme d’habitude distingué dans l’exercice puisque, en plus des titres déjà cités ci-dessus, on peut encore recenser Mea Culpa, Les Trois frères – le retour, La Liste de mes envies ou Tu veux ou tu veux pas. Le cinéma belge a lui aussi fourni quelques perles comme Les Âmes de papier, Le Goût des myrtilles, Tokyo Anyway et Waste Land. Dans la catégorie des films d’auteurs ratés se retrouvent The Double de Richard Ayoade, The Salvation de Kristian Levring et Captives d’Atom Egoyan.

 

Thibaut Grégoire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s