Critique et analyse cinématographique

FILM FEST GENT 2014 – « Réalité » de Quentin Dupieux

De plus en plus prolifique, Quentin Dupieux continue d’explorer les possibilités de son univers absurde avec Réalité, en le précisant et en lui donnant à la fois un versant plus clairement onirique et également plus réflexif.

Alain-Chat-dans-Realite-de-Quentin-Dupieux

Avec ses personnages dépassés par les événements, en prise avec une situation irrationnelle mais réagissant comme si ce n’était qu’un dérèglement normal, Réalité poursuit le chemin qui avait été assez nettement dessiné dans Wrong. Mais Dupieux opère ici un dérèglement supplémentaire en intégrant le paramètre de la mise en abyme et en plaçant ses multiples intrigues dans des degrés de fiction ou de réalité divers. Si ces personnages ne devraient donc a priori jamais se croiser, ils le font bien évidemment et de manière naturelle, dès le début du film pour certains.

Les différents paliers de réalité n’apparaissent que progressivement dans un grand tourbillon vertigineux et jouissif. En résulte une confusion tout aussi ludique que malaisante, à laquelle Dupieux ne manque pas d’ajouter tous les éléments perturbateurs qu’il a sous la main, comme par exemple le fait de mélanger acteurs français et américains dans une grande collusion des langues et des mots, qui est également source d’un comique très régressif.

Dans cet espèce de film-choral logiquement impossible, Dupieux approfondi donc son travail sur les boucles, qu’elles soient narratives ou stylistiques, et le film revêt à plusieurs reprises des allures d’anneau de Möbius. Mais ce qui est le plus frappant dans le cinéma de plus en plus affirmé de ce cinéaste, c’est la façon dont il fait cohabiter des mécaniques très bien huilées – un scénario malin et retors – et des éléments improbables, kitsch, voire carrément de mauvais goût – le présentateur déguisé en rat, les têtes qui explosent dans un film que vont voir les personnages,…. C’est probablement à ça que l’on reconnaît qu’un auteur s’affirme : quand il parvient à cadrer sa folie, ou à débrider sa maîtrise.

Thibaut Grégoire

 

Le Film Fest Gent se déroule du 14 au 25 octobre

Plus d’infos sur le site du festival

Publicités

Une Réponse

  1. Pingback: Sorties Cinéma – 25/02/2015 | CAMERA OBSCURA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s