Critique et analyse cinématographique

FIFF 2014 – « Tokyo Fiancée » de Stefan Liberski

Pour son ouverture, le Festival International du Film Francophone aime mettre en avant un film belge ou une coproduction. C’est donc l’adaptation d’un roman d’Amélie Nothomb (Ni d’Ève ni d’Adam) qui ouvre le bal cette année.

Tokyo_fiancee_Still

Tokyo Fiancée retrace la relation entre la jeune Amélie et son élève japonais – elle lui enseigne le français – comme le faisait le bouquin, de manière assez linéaire. Agrémenté de quelques digressions visuelles censées exprimer l’état d’esprit d’Amélie, dans un style post-Jean-Pierre Jeunet, le film se contente d’illustrer le livre de manière très littérale. Pas vraiment drôle ni émouvant, le film pose la question de l’utilité d’adapter ce type de littérature autofictionnelle sans parti-pris de mise en scène suffisamment fort. On se retrouve donc malheureusement une fois de plus devant un téléfilm de luxe, à peine rehaussé par l’interprétation de Pauline Étienne, toujours intéressante mais en mode très détaché.

Thibaut Grégoire

 

Le FIFF se tient du 3 au 10 octobre, à Namur.

Plus d’infos sur le site du FIFF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s