Critique et analyse cinématographique

Brussels Film Festival 2014 – Retour sur la compétition

En attendant le palmarès du jury, il est temps de revenir sur la compétition de cette édition 2014 du Brussels Film Festival : 12 films qui ont été vus et plus ou moins appréciés. Récapitulatif….

arrete-ou-je-continue-mathieu-amalric-et-emmanuelle-devos_ae983881501c82c460d3bcb15c01d2ed

Tout d’abord, force est de constater qu’il est difficile pour un festival comme celui-ci de « découvrir » des films à proprement parler puisque les œuvres qui y sont montrés sont en général déjà passées par d’autres festivals ou compétitions (Venise, Berlin, Oscars, …). Malgré tout, on peut noter que deux des meilleurs films de la compétition ne sont pas passés par de grands festivals – Of Horses and Men et Vis-à-vis – et que deux des plus mauvais ont été montrés à Venise – Miss Violence et The Reunion. Il serait donc peut-être bénéfique que cette notion de découverte soit plus présente dans la programmation, plutôt que de mettre en avant des films censés avoir fait leurs « preuves » ailleurs.

Thématiquement, on peut trouver une certaine cohérence dans cette compétition, tant certains films semblent se répondre entre eux, bons ou mauvais. Les problématiques familiales et de couple avaient la part belle avec pas moins de cinq films concernés – Miss Violence, Farewell to the Moon, I Am Yours, Aces et Arrête ou je continue – tandis que la sortie de l’adolescence étaient au centre de trois autres – Broken Hill Blues, Artico et Something Must Break. Les rapports entre l’homme et son environnement naturel étaient explorés dans quatre film par ailleurs assez différents les uns des autres – The Dark Valley, Artico, Of Horses and Men et Broken Hill Blues. Enfin deux films totalement opposés donnaient leur vision respective de la mise en abyme – le léger et réflexif Vis-à-vis et le démonstratif et égocentré The Reunion.

En termes qualitatifs, un film se détache nettement, tandis que quatre autres présentent des attraits à plusieurs niveaux. Le reste est globalement sans intérêt. Le meilleur film de la compétition est sans conteste Arrête ou je continue de Sophie Fillières. Il n’est d’ailleurs pas anodin de constater qu’il s’agit de la seule vraie comédie – même si le croate Vis-à-vis, l’islandais Of Horses and Men et le hollandais Farewell to the Moon réservent quelques moments d’humour discret. Un peu derrière ce favori, deux premiers films ont étonné par la précision de leur mise en scène et leur univers singulier – Of Horses and Men et Broken Hill Blues – tandis que Vis-à-vis a séduit par son scénario et ses dialogues intéressants sur la fabrication d’un film. Enfin, un film nous a laissé sur une note mitigée : l’espagnol Artico, dont la tendance au misérabilisme est quelque peu palliée par un final plus lyrique, une mise en scène maîtrisée et un beau travail sur le son.

À côté de ces quelques pépites, la compétition comptait également son lot de purges. Si les médiocres mais inoffensifs Aces, Farewell to the Moon et The Dark Valley étaient au mieux classiques, au pire ennuyeux, quatre films se disputaient la palme du navet. À ce petit jeu, le film grec Miss Violence remporte la partie haut-la-main. Cette épreuve bêtement provocatrice et fière de son étalage froid d’horreurs en tous genres était le sempiternel « film coup-de-poing » de cette sélection, et le réalisateur mériterait en effet de s’en prendre un. Mais le prétentieux The Reunion, le vide I Am Yours et le tape-à-l’œil Something Must Break n’étaient pas non plus en reste.

Thibaut Grégoire

 

Les films de la compétition (du meilleur au pire)

1. Arrête ou je continue de Sophie Fillières

2. Broken Hill Blues de Sofia Norlin

3. Vis-à-vis de Nevio Marasovic

4. Of Horses and Men de Benedikt Erlingsson

5. Artico de Gabriel Velázquez

6. Aces d’Alfonso Zarauza

7. Farewell to the Moon de Dick Thuinder

8. The Dark Valley d’Andreas Prochaska

9. The Reunion d’Anna Odell

10. I Am Yours d’Iram Haq

11. Something Must Break d’Ester Martin Bergsmark

12. Miss Violence d’Alexandros Avranas

 

Le Brussels Film Festival se tient du 6 au 14 juin à Flagey

Plus d’infos sur le site du festival

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s