Critique et analyse cinématographique

Brussels Film Festival 2014 – « The Double » de Richard Ayoade

Pour son deuxième long métrage, le britannique Richard Ayoade se pique d’adapter Dostoïevski et s’avère aussi incapable à en sortir quelque chose que son ambition est démesurée.

the-double-the-double-11-06-2014-14-g

Transposant l’action dans une société totalitaire anticipative que l’on a déjà vu des centaines de fois – par exemple chez Terry Gilliam ou chez Michel Gondry – Ayoade résume assez vite le cauchemar du héros confronté à son double à une lutte d’individus sur base de rapports de force et de manipulation. Si le film se voudrait empreint d’étrangeté et de surréalisme, il n’est en réalité que gentiment malsain – même pas malaisant – tout en étant baigné d’un second degré « british » tout à fait malvenu et déforçant le propos. Si l’on ajoute à ça un interprète tour à tour éteint et cabotin – le de plus en plus décevant Jesse Eisenberg –, une esthétique tape-à-l’œil et une misogynie latente qui ne dit pas son nom, on peut tout à fait se rendre à l’évidence et constater que The Double est un nouveau navet à compter au triste tableau du cinéma britannique.

Thibaut Grégoire

 

Le Brussels Film Festival se tient du 6 au 14 juin à Flagey

Plus d’infos sur le site du festival

Publicités

2 Réponses

  1. Pingback: Sorties Cinéma – 20/08/2014 | CAMERA OBSCURA

  2. Pingback: Tops et flops de 2014 | CAMERA OBSCURA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s