Critique et analyse cinématographique

Sorties Cinéma – 07/05/2014

Cette semaine au cinéma, Lucas Belvaux déçoit, Schwarzie cabotine et Robocop reprend du service. Pas de quoi s’exciter, donc.

pas-son-genre-30-04-2014-18-g

 

2 automnes 3 hivers de Sébastien Betbeder

arton2499

Sélectionné à l’ACID lors du dernier Festival de Cannes, le troisième long métrage de Sébastien Betbeder séduit par son dispositif de mise en scène et de montage, avant de révéler ses limites sur la longueur. Mais le charme des acteurs et de l’ensemble opère malgré tout, aussi anecdotique le film soit-il.

Lire la critique complète

Note : 6/10

 

Pas son genre de Lucas Belvaux

pas-son-genre-30-04-2014-9-g

Lucas Belvaux déçoit avec cette fausse comédie romantique, mettant en scène deux mondes qui n’aurait jamais dû se rencontrer. Au-delà d’un déterminisme social assez désagréable, le film s’avère surtout raté car il se repose sur des situations de malaise dans lesquelles l’un et l’autre personnage sont obligés d’adapter leur comportement à celui de l’autre. On finit par ressentir de la gêne devant ces deux numéros d’acteurs opposés et outrés (Émilie Dequenne et Loïc Corbery).

Note : 4/10

 

Blue Ruin de Jonathan Saulnier

Blue_Ruin2-thumb-630xauto-38531

Commençant comme un « revenge movie » et continuant comme un « survival » sur fond de guerre des clans, Blue Ruin est un film de genre de plus, profondément américain dans son récit et ses valeurs.

Note : 4/10

 

Sabotage de David Ayer

sabotage-07-05-2014-5-g

Arnold Schwarzenegger s’essaie au polar nerveux et amoral, avec ce film de groupe crapoteux dans lequel quelques mercenaires s’entretuent pour d’obscures raisons. C’est sale, laid, vulgaire… mais ça permet à Schwarzie de se faire une petite coupe de cheveux fort seyante : rasés sur les côté, plaqués sur le haut et petite raie sur le côté. Ridicule à tout point de vue !

Note : 3/10

 

Puppylove de Delphine Lehericey

PIC_PUPPYLOVE_2013_08_22_11-40_07

Abordant des thèmes aussi sensibles que la découverte de la sexualité et l’ambiguïté de rapports père-fille, ce premier film à l’esthétique de téléfilm finit par se noyer dans la provocation malsaine.

Lire la critique complète

Note : 3/10

 

Robocop de José Padilha

robocop-robocop-05-02-2014-10-g

Remake inutile, laid et faussement subversif du film de Paul Verhoeven. Sous ses atours de dénonciation de l’ultra-militarisme, le film se complait dans la célébration de l’auto-justice et une fascination morbide pour la violence. Et encore une fois, les scènes d’action frisent l’illisibilité épileptique.

Note : 3/10

 

Rattrapage

 

Babysitting de Philippe Lacheau et Nicolas Benamou

babysitting-16-04-2014-3-g

Entre « found footage » et téléfilm, cette comédie faussement potache se révèle finalement peu inventive et plutôt consensuelle, mais réserve malgré tout quelques gags vraiment réussis et provoque des rires francs. C’est déjà ça de pris !

Note : 5/10

Publicités

Une Réponse

  1. Pingback: Tops et flops de 2014 | CAMERA OBSCURA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s