Critique et analyse cinématographique

Sorties Cinéma – 27/11/2013

Beaucoup de bons sentiments en salles cette semaine, avec La Marche (vendu en France comme un véritable remède au racisme) et le très convenu The Way Way Back. C’est donc sur James Gray qu’il faudra compter pour insuffler un peu de consistance et d’étrangeté dans tout ça.

la-marche-27-11-2013-3-g

 

The Immigrant de James Gray

the-immigrant-the-immigrant-27-11-2013-3-g

Comme à l’accoutumée, le dernier film de James Gray a été montré à Cannes où il n’a pas convaincu les foules et est reparti sans prix. Mais comme à l’accoutumée également, The Immigrant est voué à être réévalué à sa sortie, comme le furent jadis We Own the Night et Two Lovers – peut-être dans une moindre mesure, tout de même.

Lire la critique complète

Note : 7/10

 

La Marche de Nabil Ben Yadir

la-marche-27-11-2013-13-g

Pétrie de bons sentiments, cette chronique de la grande marche contre le racisme organisée dans les années 80 peine à sortir de son didactisme social et à produire autre chose qu’un scénario filmé. Si les acteurs très investis parviennent à maintenir l’intérêt, la durée excessive du film et son côté répétitif le rendent en outre assez ennuyeux.

Note : 4/10

 

The Way Way Back de Nat Faxon et Jim Rash

cet-ete-la-the-way-way-back-27-11-2013-6-g

Comédie dramatique «indé » dans la veine de Little Miss Sunshine, ce premier film dépeint l’été de Duncan, jeune garçon timide qui, pour s’évader de sa famille recomposée en crise, devient l’employé-mascotte d’un parc aquatique local. Voilà donc un « feel-good movie » de plus, très gentil mais surtout très convenu.

Note : 4/10

 

Avant l’hiver de Philippe Claudel

avant-l-hiver-27-11-2013-7-g

Drame bourgeois au final abracadabrant, le troisième film de Philippe Claudel confirme qu’il n’est en rien un cinéaste, mais bien un écrivain qui se contente de filmer ses dialogues assommants.

Note : 3/10

 

Rattrapage

 

Carrie de Kimberly Peirce

carrie-la-revanche-carrie-04-12-2013-4-g

Remake inutile du film de Brian De Palma, ce Carrie réserve quand même un feu d’artifice gore et réjouissant dans ses vingt dernières minutes. Mais il aura fallu pour ça passer par une heure d’ennui et de clichés tout droit sortis des pires séries pour « teenagers ».

Note : 5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s