Critique et analyse cinématographique

Sorties Cinéma – 13/11/2013

Beaucoup de vieux cinéastes et de vieux acteurs tentent de se renouveler, dans les sorties de la semaine. Certains avec bonheur, d’autres moins.

b3d58975-e6c7-4954-82ef-3e8b27843291_escapeplan_clip_gs

 

La Vénus à la fourrure de Roman Polanski

venus-fourrure-3f7f-diaporama

Après Carnage, Polanski adapte à nouveau une pièce de théâtre mais contourne cette fois-ci le piège du théâtre filmé de par le décor : … un théâtre ! La mise en abyme et le huis clos sont parfaits, et la mise en scène fait oublier presque immédiatement l’artifice. En détournant le roman de Sacher-Masoch (texte fondateur du masochisme) Polanski et le dramaturge David Ives confèrent un souffle féministe à cette analyse de texte filmée, tandis que Mathieu Amalric et Emmanuelle Seigner s’en donnent à cœur-joie.

Note : 7/10

 

Escape Plan de Mikaël Hafström

photo-Evasion-Escape-Plan-2013-6

La rencontre au sommet entre Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger, ne pouvait être qu’un plaisir coupable rétro et décomplexé, mais le scénario plus malin qu’à l’accoutumée, l’abattage des deux stars – Schwarzie en tête –, et un casting de seconds rôles qui ravira tous les amateurs de séries B (Jim Caviezel, Vinnie Jones, Sam Neill, 50 Cent, …) lui donnent le niveau d’un bon divertissement.

Note 6/10

 

The Counselor de Ridley Scott

cartel-the-counselor-13-11-2013-1-g

Malgré le casting trois étoiles qu’il a réuni (Michael Fassbender, Javier Bardem, Brad Pitt, Penelope Cruz,…) Ridley Scott se prend les pieds dans le tapis avec cette tentative de polar “tarantinesque”, surtout plombé par le scénario incompréhensible et les dialogues ridiculement prétentieux de Cormac McCarthy.

Note : 3/10

 

La Vie domestique d’Isabelle Czajka

la-vie-domestique-emmanuelle-devos

Un Desperate Housewives « à la française » qui repose uniquement sur ses dialogues surécrits et se veut féministe. Avec son discours inepte sur la condition de la femme mariée et sa galerie de personnages masculins tous plus idiots les uns que les autres, le film s’étouffe sous sa propre débilité et sa mise en scène de sitcom.

Note : 1/10

 

Rattrapage

 

Insidious 2 de James Wan

insidious-chapitre-2-insidious-chapter-2-02-10-2013-13-09-2013-7-g

Plus laborieux au démarrage que le premier opus – la remise en contexte a du mal à faire mouche – Insidious 2 parvient tout de même à prolonger le plaisir et la particularité de cet univers étrange, ultra-référencé et réellement effrayant.

Note : 7/10

 

Il était temps de Richard Curtis

il-etait-temps-about-time-06-11-2013-06-09-2013-10-g

Le « spécialiste » de la comédie romantique britannique, Richard Curtis, nous ressert une louche de son sentimentalisme sympathique, tout en y ajoutant une donnée supplémentaire : le voyage dans le temps. C’est aussi léger que ça en a l’air et ce n’est pas spécialement désagréable, même si c’est trop long d’au moins une demi heure.

Note : 5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s