Critique et analyse cinématographique

FILM FEST GENT 2013 – « The Young and Prodigious T.S. Spivet » de Jean-Pierre Jeunet

Adapté d’un roman à succès, qui privilégiait déjà le visuel par le biais d’annotations et de croquis, L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet est la nouvelle vitrine de Jean-Pierre Jeunet, dans laquelle il étale une fois de plus tout son savoir-faire visuel, au service d’une imagerie passéiste et d’un récit initiatique des plus balisés.

l-extravagant-voyage-du-jeune-et-prodigieux-t-s-spivet-16-10-2013-10-g

On ne sait trop à quelle époque se déroule cette histoire d’un jeune garçon surdoué qui quitte sa campagne profonde sans prévenir sa famille, pour aller chercher un prix scientifique à Washington, après avoir inventé la roue à mouvement perpétuel. Jeunet cède donc une fois de plus à sa tentation de rendre intemporel tout ce qu’il touche, même si l’on devine au détour d’une allusion ou d’un téléphone portable, que l’action a des chances d’être contemporaine. Cette volonté de brouiller les paramètres temporels est suspecte à plus d’un titre, car non seulement elle flirte dangereusement avec un « c’était mieux avant » déjà décelable dans Amélie Poulain ou Un long dimanche de fiançailles, mais elle permet en plus au réalisateur de prétendre à une éventuelle postérité de ses films, qui ne seraient pas marqués par une époque définie.

En dehors de ces réserves d’ordre général, on peut également se demander à quel type de public est adressé ce film. Si son esthétique colorée et son personnage de petit garçon indiquent presque naturellement qu’il s’agit d’un film pour enfants, le véritable sujet du film qui se révèle petit à petit – le deuil d’un frère ainé – et la relative lenteur avec laquelle l’intrigue évolue risquent d’exclure très vite ce jeune public, alors que les adultes auront de toute façon été laissés d’entrée sur le bord du chemin. Une fois de plus, le cinéma de Jean-Pierre Jeunet, qui a pu faire illusion avec le très surestimé Fabuleux destin d’Amélie Poulain, révèle ses limites avec ce long voyage chatoyant mais monotone.

Thibaut Grégoire

 

Le 40ème Festival du Film de Gand se tient du 8 au 19 octobre

Plus d’infos sur le site du festival

Publicités

Une Réponse

  1. Pingback: Sorties Cinéma – 16/10/2013 | CAMERA OBSCURA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s