Critique et analyse cinématographique

FILM FEST GENT 2013 – « The Selfish Giant » de Clio Barnard

Librement adapté d’une nouvelle d’Oscar Wilde, The Selfish Giant suit deux jeunes garçons, Arbor et Swifty, qui essaient d’attirer l’attention du ferrailleur du coin, dans le Nord de l’Angleterre.

The Selfish Giant 1

Alors que Swifty a la préférence du ferrailleur de par son aptitude à gagner des courses de chevaux clandestines, Arbor essaye par tous les moyens de récolter de l’argent en refourguant des pièces de ferrailles, trouvées ou volées, et voit d’un mauvais œil le rapprochement entre son ami et le ferrailleur.

En dehors de la référence littéraire, The Selfish Giant fait clairement partie d’un cinéma social anglais largement influencé par Ken Loach. S’il est moins didactique qu’un film de Loach, il s’adonne également à une esthétisation de la pauvreté quelque peu douteuse – les images des grandes étendues sont belles, mais cela sert-il vraiment le propos ? – et verse dans le larmoyant lors de son dernier quart d’heure, réduisant les enjeux sociaux du film à une banale histoire d’amitié tragique.

Thibaut Grégoire

 

Le 40ème Festival du Film de Gand se tient du 8 au 19 octobre

Plus d’infos sur le site du festival

Publicités

2 Réponses

  1. Pingback: FILM FEST GENT 2013 – Le palmarès | CAMERA OBSCURA

  2. Pingback: Sorties Cinéma – 15/01/2014 | CAMERA OBSCURA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s