Critique et analyse cinématographique

FIFF 2013 – « Juliette » de Pierre Godeau

Dans la compétition des premiers films, voici donc celui de Pierre Godeau, sorti en France en juillet dernier, et mettant en vedette la jeune Astrid Bergès-Frisbey, aperçue dans La Fille du puisatier et Pirates des Caraïbes 4, et qui a ici bien du mérite à porter un film aussi lourd sur ses épaules.

juliette-17-07-2013-6-g

Juliette fait partie de ces films sur le passage à l’âge adulte, sur la fin de l’insouciance, souvent caractérisée par la perte d’un proche, une déception amoureuse ou la découverte d’une vocation…. Ici, les trois clichés répondent présent et semblent en plus très fiers d’être là. Pour couronner le tout, Pierre Godeau saupoudre son récit d’une pseudo-poésie nunuche – qu’il a probablement été glaner chez Jean-Pierre Jeunet ou encore Jaco Van Dormael – et fait donc intervenir à plusieurs reprises une petite fille « mignonne tout-plein », censée représenter l’enfance perdue de l’héroïne, pour attendrir le spectateur le plus récalcitrant. Entre-temps, il aura fait passer sa muse Bergès-Frisbey par tous les états de l’acteur débutant au Cours Florent – tristesse, chagrin, bonheur, rire, etc. – et aura raté une occasion de ne pas faire un film.

Thibaut Grégoire

 

Le Festival International du Film Francophone de Namur se déroule du 27 septembre au 4 octobre

Plus d’infos sur le site du festival

Publicités

Une Réponse

  1. Pingback: Sorties Cinéma – 22/01/2014 | CAMERA OBSCURA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s