Critique et analyse cinématographique

Sorties Cinéma – 18/09/2013

Deux bons films d’auteurs – russe et hollandais – débarquent dans les salles belges cette semaine. Le film de genre et la comédie populaire à la traîne….

borgman-3-g

 

Faust d’Aleksandr Sokurov

faust-20-06-2012-5-g

Sokurov livre sa vision hallucinée et sensorielle du classique de Goethe, et expérimente sur le plan visuel avec un quatre-tiers étiré d’une beauté plastique sans égal. Un grand film !

(Sorti depuis plus d’un an en France, le film de Sokurov arrive dans les salles belges alors que le DVD est disponible depuis des lustres. On peut appeler ça du surréalisme à la belge… et on peut aussi appeler ça de la connerie !)

Note : 8/10

 

Borgman d’Alex Van Warmerdam

borgman-2-g

Surréaliste et grinçante, cette fable très noire, dans laquelle un clochard métaphysique s’immisce sournoisement dans le quotidien d’une famille bourgeoise pour mieux la pervertir de l’intérieur, réserve son lot de surprises et aurait facilement pu remporter le prix du scénario au dernier festival de Cannes – d’où il est reparti bredouille – à défaut d’avoir convaincu par sa mise en scène, un brin trop classique pour son sujet.

Lire la critique complète

Note : 7/10

 

The Purge de James DeMonaco

american-nightmare-the-purge-25-09-2013-7-g

Dans une Amérique aseptisée où la violence a été presque éradiquée, le gouvernement permet, une nuit par an, tous les meurtres et les débordements sauvages possibles et imaginables. Sur base de cette prémisse de petit malin, The Purge ne fait qu’étirer sa fausse bonne idée sur une heure et demi – et appelle évidemment à de nombreuses suites –, sans réelle imagination et surtout sans mise en scène digne de ce nom.

Note : 4/10

 

Comme un lion de Samuel Collardey

comme-un-lion-09-01-2013-09-01-2013-7-g

La success-story mi- naturaliste mi-téléfilm France 3 d’un jeune Sénégalais virtuose du football. Si la veine documentaire du film peut faire illusion quelques minutes, l’abondance de clichés et le politiquement correct de l’ensemble finissent par écœurer.

Note : 3/10

 

Vijay and I de Sam Garbarski

slide_vijay03

Capitalisant sur sa fausse bonne idée de départ – un acteur raté se fait passer pour mort et assiste à son enterrement déguisé en indien pour voir les réactions de ses proches –, cette comédie pas drôle n’apporte ensuite pas la moindre originalité, pas le moindre rebondissement digne de ce nom, et surtout pas le moindre gag réussi.

Note : 3/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s