Critique et analyse cinématographique

« Mud » de Jeff Nichols : Le poids de la tradition

En trois films, Jeff Nichols s’est fait un nom et est maintenant considéré comme le cinéaste américain le plus prometteur du moment. Si l’on s’attarde sur chacun de ses films, on peut déceler des similitudes mais également des différences, dessinant une évolution vers une narration et un style de plus en plus classique. Proche du western et de John Ford avec son premier film, Shotgun Stories, Nichols semblait plus lorgner sur Stanley Kubrick avec son deuxième long, Take Shelter. C’est aujourd’hui à Spielberg que l’on pense en regardant Mud, qui approfondit son exploration des rapports père-fils tout en les ramenant à un imaginaire plus « mainstream ».

mud-2012-3-g

Avec cette histoire de deux jeunes garçons qui se prennent d’amitié pour un criminel en fuite et l’aident à retrouver sa petite amie, Jeff Nichols offre un récit initiatique entre Mark Twain et La Nuit du Chasseur, sur les lieux mythiques du Mississipi. De par sa thématique et ses décors porteurs de symboles, le film s’inscrit dans une tradition littéraire et culturelle de l’Americana, prenant presque une dimension mythologique et épique qui le fait prétendre au titre surfait de classique instantané.

Qu’est-ce qui fait que ce film éveille une telle passion de la part d’une critique et d’un public cinéphile qui sont a priori étrangers à l’univers et à l’imaginaire qu’il reprend ? Cette question est d’autant plus pertinente qu’il semble y avoir de plus en plus, dans la critique hexagonale, une distinction faite entre les « grands films » et les « grands films américains » qui seraient à ranger isolément des autres. Si l’on s’attarde sur cette conception de « grand film américain », on se rend vite compte que les œuvres qui sont ainsi nommées sont celles qui véhiculent des modèles profondément inscrits dans la culture américaine. En tant que cinéphiles extérieurs à cette culture, on serait dès lors portés à l’admirer tout en la distinguant du reste du cinéma, pourtant également constitué de cultures éparses qui nous sont étrangères. Ce mythe du « grand film américain » semble donc englober des films qui se ressemblent, ou qui ressemblent à d’autres. La familiarité deviendrait dès lors un critère de qualité, s’agissant d’une cinématographie aussi fantasmée que celle d’Hollywood. Mais la familiarité est parfois dangereusement proche de la banalité.

La proposition de Nichols se situe indubitablement dans une tradition du récit initiatique au cinéma. En cela, il peine a se défaire de ses modèles et de ses influences, car ce type de narration, ce type de schéma, est tellement encré dans un inconscient du cinéma américain dans son acception la plus noble, qu’il est difficile de créer de nouvelles formes et d’imposer une singularité d’auteur. Si la critique européenne est si bienveillante à l’égard d’un film aussi classique, c’est qu’il représente l’idéal fantasmé qu’elle se fait du cinéma américain. Cette manière d’isoler les films américains du reste du cinéma est finalement assez méprisante, comme si une production qui se faisait de manière aussi étroitement liée à une industrie ne pouvait qu’aboutir à des œuvres similaires les unes aux autres. Dans cette optique, le moindre petit écart à l’ordre établi apparaîtrait dès lors comme une audace absolue.

Si l’on débarrasse le film de toute l’aura fantasmatique qui l’entoure et que l’on s’en tient strictement à ce qu’il est, à ce qu’il donne à voir, on se trouve devant un récit initiatique de plus, ni follement original, ni non plus anodin. Si l’on accepte que Mud n’est autre qu’un film pour enfants, traitant de l’enfance, et sans ambition démesurée, on peut commencer à l’apprécier à sa juste valeur, c’est-à-dire comme un honnête film mineur.

Thibaut Grégoire

Publicités

Une Réponse

  1. Pingback: Sorties Cinéma – 03/07/2013 | CAMERA OBSCURA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s