Critique et analyse cinématographique

Sorties Cinéma – 22/05/2013

Et c’est la suite de la saison pauvre avant que les films de Cannes ne commencent à débarquer. Pour les amateurs de bagnoles, il y a Fast and Furious 6, et pour les amateurs de nanars, The Big Wedding.

Fast And Furious 6

 

Fast and Furious 6 de Justin Lin

fast-and-furious-6-fast-furious-6-22-05-2013-2-g

En pole position pour accéder au titre de film le plus « bourrin », ce sixième opus fait entrer la franchise dans l’ère de la série télé, avec introduction, rappel des épisodes précédents et cliffhanger au générique – histoire de teaser le 7 en préparation. Après une première demi-heure pas désagréable, le film s’embourbe dans son scénario indigent et enfile les concours de sourcils dressés avec quelques-uns des plus mauvais acteurs du monde. Avec l’introduction in-extremis de Jason Statham en improbable méchant, le film et ses inévitables suites affichent leur véritable ambition, concurrencer directement les Expendables de Stallone.

Note : 4/10

 

Quartet de Dustin Hoffman

quartet-quartet-03-04-2013-5-g

Moins tire-larmes que l’infâme Song for Marion, mais tout aussi dépassé, cet énième film de vieux (sous-genre en vogue dans le champs de ruines qu’est le cinéma britannique) est tellement bavard et statique que l’on se demande franchement ce qui a pu motiver Dustin Hoffman à passer derrière la caméra à plus de septante ans, pour livrer un film aussi pantouflard et sans intérêt.

Note : 4/10

 

The Big Wedding de Justin Zackham

un-grand-mariage-the-big-wedding-22-05-2013-6-g

Mélange hybride entre une comédie romantique de base – avec l’abonnée au genre, Katherine Heigl – et un boulevard de bas-étage avec portes qui claques et amants dans le placard, ce curieux petit navet permet de retrouver entre autres des acteurs autrefois « bankable » dans des seconds rôles minables. Mais plus que les cachetonnages de Robin Williams, Diane Keaton ou encore Susan Sarandon, c’est la « performance » de Robert De Niro qui laisse littéralement sans voix. Dans la lignée de toutes les daubes qu’il a pu enquiller ses quinze dernières années, le grand Bob se fait ici – dans l’ordre – interrompre en plein cunnilingus, vomir dessus, et gifler à maintes reprises. Grandeur et décadence….

Note : 3/10

 

Rattrapage

 

The Great Gatsby de Baz Luhrman

gatsby-le-magnifique-the-great-gatsby-2012-5-g

En essayant à tout prix de mettre au « goût du jour » un classique de la littérature américaine, Baz Luhrmann ne fait que donner en spectacle son mauvais goût à lui, et finit par ringardiser ses acteurs qui n’en demandaient pas tant, dans une débauche d’images bariolées et de choix musicaux plus que douteux. Un film « bling-bling » !

Lire la critique complète

Note : 4/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s